L'édition : 4 façons de voir son livre publié !

Dernière mise à jour : 25 juil. 2020


Ça y est ! Votre texte est bouclé, il est joli tout propre et vous souhaiteriez que d’autres lecteurs que papa, maman, vos amis et votre chéri(e) découvrent votre univers ! (Quoi, comment ça, c’est de la discrimination ? Meuuuh non !)


Quelles options s’offrent à vous ?


1) L’édition à compte d’éditeur

2) L’édition à compte d’auteur

3) L’autoédition

4) L’autopublication en ligne


L’édition à compte d’éditeur


La voix traditionnelle. Une maison d’édition achète les droits de reproduction d’une œuvre en échange de « droits d’auteurs » payés à son créateur. Ici vous ne devez strictement RIEN payer ! C’est la maison d’édition qui finance et s’occupe des corrections, de la couverture, des éventuelles illustrations supplémentaires, de l’impression, de la distribution et de la diffusion. En gros, vous écrivez votre livre et vous laissez faire le reste ! (Bon, il ne va pas se vendre tout seul, vous êtes quand même prié(e) d’aller sur des salons, proposer des dédicaces… mais que de bonheur de pouvoir rencontrer ses lecteurs !).

Un futur article abordera les différents moyens de se faire publier par ces maisons d’édition.


L’édition à compte d’auteur


C’est sans doute un parti pris… mais c’est un peu de l’arnaque. La « maison d’édition » (oui, je mets entre guillemets, car pour moi ce ne sont pas des vraies ! Na !) accepte d’éditer votre roman à condition, par exemple, que vous payez la couverture, ou que vous vous engagiez à acheter X exemplaires d’avance. À FUIR ! Autant tout faire soi-même.


L’autoédition


Vous l’aurez remarqué, je distingue l’autoédition, de l’autopublication. Pourquoi ? L’autoéditeur est un self-made-man (ou woman). Il gère tout lui-même : l’écriture, la correction, l’impression, la distribution et la diffusion. Il est bien entendu possible de faire appel à des experts pour aider dans ces différentes tâches, comme recourir à des correcteurs professionnels.

L’avantage est que vous maitrisez complètement tout et que vous pouvez donc vous réserver des droits d’auteurs supérieurs à ce que vous propose une maison d’édition. Il n'y aura pas de conflit pour savoir quelle couverture représentera votre livre, ou d’autres dans le même style (et pour ceux que ça intéresse, si vous n’avez pas une clause explicite dans le contrat en ce sens, c’est l’éditeur qui choisit la couverture). Par contre, vous devrez tout gérer, l’administratif (par exemple le dépôt légal, ou la création d’un ISBN), les risques financiers, la publicité… Bref, ayez de l’argent, du temps devant vous et beaucoup de motivation !


L’autopublication en ligne