Interview Emilie Chevallier Moreux

Dernière mise à jour : 19 mars 2020


Félicitations à tous ceux qui ont découvert l’identité de notre invité mystère sur Instagram et Facebook… Emilie Chevallier Moreux !


Son premier roman « Marraine » est sorti dernièrement aux éditions Noir d’Absinthe. Il s’agit d’une jeune maison d’édition indépendante basée sur Rennes. Ils aiment les mélanges de genres, avec des héros couards, des princesses, des déesses, des dragons… le tout pour vous emporter dans un monde « de rêves hallucinés » !



Explication des indices que vous avez pu voir sur Insta et FB :


Champignons : Alors non, Emilie ne prend pas de stupéfiants (ou alors tu caches bien ton jeu, coquine ! :D) j’ai déjà eu la chance de me promener en forêt avec elle et autant vous dire que c’était difficile d’avancer ! Au moindre petit champignon, elle s’arrêtait pour le ramasser !


Dalmatien : Il s’agit de sa merveilleuse boule de poils.


Fée : en lien direct avec son roman, « Marraine » (la bonne fée !)


Connue précédemment pour sa direction de plusieurs anthologies, Emilie en a fait voir de toutes les couleurs aux auteurs. Aujourd’hui, c’est à vous de la torturer, posez-lui toutes vos questions !


Comme la dernière fois, j’ouvre le bal. À vos claviers !!


Martel : Chère Emilie, félicitations pour ton tout premier roman ! Raconte-nous, quest-ce que ça fait de voir son bébé publié pour la première fois ?


Émilie : Des guiliguili dans le ventre ? Non, pas tout à fait. C’est tout à la fois terrifiant et excitant. Alors comme je suis quelqu’un qui gère difficilement les émotions, souvent, je fais comme si de rien n’était, comme si ça n’avait pas vraiment d’importance. Mais, en vrai, tout au fond, ça en a beaucoup, et je remercie Morgane, l’éditrice de NDA, de m’avoir donné cette chance.


Martel : Pourquoi avoir choisi les éditions Noir dAbsinthe ? Si je ne mabuse, cest presque une histoire damour entre vous ? Es-tu contente de lexpérience ?


Émilie : Il faut savoir que Morgane et moi ne sommes d’accord sur rien, sauf sur le fait qu’on s’aime beaucoup, et qu’on travaille bien ensemble. La preuve, notre magnifique anthologie « La folie et l’absinthe » et très bientôt, « Noir ». Du coup, j’avais besoin de son avis pour avancer, d’un peu de contradiction, de challenge. Au départ, je voulais auto-éditer Marraine, et je n’aurais jamais envoyé ce manuscrit à une autre ME. J’ai tout simplement demandé à Morgane de me donner son avis. Elle a lu Marraine, elle a aimé et elle m’a demandé très gentiment si elle pouvait le publier. #coeuraveclesdoigts


Martel : C’est vraiment une belle histoire ! Carrément un coup de cœur !! Et donc, après ça, a suivi tes premiers salons, comment ty es-tu préparée ? Tu le sentais comment ?


Émilie : Mal. Très, très mal. Je n’aime pas la foule, je n’aime pas rester derrière un stand, je suis souvent déstabilisée par les gens. Enfin… C’est ce que je pensais, parce qu’une fois d